Blog des socialistes brestois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, octobre 28 2014

La violence ne sera jamais une réponse politique acceptable

Hier soir à Brest, une centaine de personnes s’étaient rassemblées suite au décès d’un jeune de 21 ans sur le site du barrage de Sivens dans le Tarn. Vers 19h, les manifestants sont venus au local du Parti socialiste et une quinzaine de personnes se sont livrées à des actes d’une rare violence et des dégradations à l’encontre des locaux du PS Brestois.

Plusieurs containers à ordures ont servi de béliers contre les ouvertures du bâtiment, cassant une fenêtre. De nombreuses poubelles ont été projetées sur le bâtiment et des inscriptions ont été faites sur les façades. Profitant de l’ouverture laissée par la fenêtre cassée, des manifestants ont tenté de pénétrer dans le bâtiment et ont dû être repoussés par les militants qui s’y trouvaient en réunion.

Avions-nous en face de nous des défenseurs de la biodiversité ? Nous en doutons. Avions-nous en face de nous des personnes rendant hommage à un jeune décédé 48h plus tôt ? Nous en doutons aussi. Avions-nous dans nos locaux des décideurs à même de répondre à leurs interpellations (si même il y en avait eu) ? Non. Il n’y avait que des militants, des salariés du PS et quelques élus locaux brestois qui sont bien loin de ce qui se passe à près de 1000 km de là, dans le Tarn.

Le décès du jeune Rémi ne réjouit personne et qu’un hommage lui soit rendu par des citoyens semble une démarche saine, justement pour dénoncer la violence et témoigner de la peine d’un évènement aussi malheureux. Mais cela n’a pas été le cas hier soir. L’expression des manifestants, à Brest, s’est faite sur le registre de la violence et d’une volonté affichée d’imposer un point de vue non par des mots, mais par la peur.

Nous ne savons pas de qui ou de quoi se revendiquent les personnes auteurs des actes de violence d’hier. Il est toujours difficile d’identifier les idées politiques des personnes quand ils ont une capuche, un foulard sur le nez et qu’ils se défoulent sur ce qu’ils trouvent en proférant des menaces aux personnes. Une chose est sûre, quelle que soit l’idéologie de départ, cette violence ne résoudra pas les problèmes qu’ils pointent, mais créera un rejet populaire et une aspiration des habitants vers des politiques plus autoritaires. Certains partis n’attendent que cela, ce n’est pas le cas du Parti socialiste.

Les partis ne doivent pas devenir les cibles faciles des mécontents en tout genre. Ils sont les espaces où des débats et des échanges peuvent avoir lieu, y compris entre personnes qui ne sont pas d’accord. Les militants ou les élus politiques ne doivent pas devenir les boucs émissaires d’une société dont chacun est co-responsable. Aussi grande soit la tristesse de la mort d’un jeune, elle ne doit jamais conduire à produire toujours plus de violence, mais plutôt nous amener ensemble à réfléchir sur ce qui aurait pu l’éviter.

C’est en tout cas le sens de notre engagement politique. Pour une république démocratique qui laisse à chacun le droit de s’exprimer dans le respect des opinions d’autrui et le droit à la différence, dans une société ou la tolérance et l’apaisement sont la règle.

vendredi, décembre 20 2013

Noël avant l’heure pour Brest

En une semaine, deux grosses annonces pour Brest et son pays. Vendredi dernier, le Premier ministre a annoncé que le siège d’IFREMER allait rejoindre Brest et hier, les parlementaires ont entériné le texte conférant à Brest le statut de métropole.

Deux bonnes nouvelles pour la métropole brestoise en termes d’emploi et de rayonnement. Deux dossiers emblématiques portés depuis des mois par le Président de Brest métropole océane, François Cuillandre.

Deux annonces qui confortent la place de Brest au sein de la Bretagne et du pays, mais qui témoignent aussi du dynamisme d’un territoire qui sait aller de l’avant.

L’année 2013 se conclue donc sur une belle perspective, rendez-vous en 2014.

Bonnes fêtes de fin d’année !

dimanche, novembre 3 2013

Zoom sur le port de Brest

Beau reportage sur Brest et ses mutations, diffusé sur TF1 le 3 novembre.