Blog des socialistes brestois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Face à la droite...

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 17 2015

Droite ou extrême droite à Brest ?

La droite brestoise, sans étiquette, emprunte de plus en plus les ficelles de l’extrême droite pour tenter d’exister politiquement. Dans l’incapacité à produire des contre-propositions cohérentes sur le développement de l’agglomération et les grands projets, elle se complaît dans un discours décliniste et défaitiste de Brest.

Mais force est de constater que ce discours n’a pas de prise sur les brestois, qui constatent par eux même le travail et les réalisations de nos élus sur la ville et la métropole. Aussi, face à cette impuissance politique, la tentation est grande d’utiliser les ficelles de l’extrême-droite, en jouant sur les peurs que génèrent nécessairement les faits divers d’une grande ville.

Ainsi, lors de la fusillade de mai à Kergaradec, le groupe d’opposition a surfé sur la peur face à un évènement légitimement choquant pour tout le monde (ici), accusant le Maire de laisser-faire et pointant du doigt le quartier de Pontanézen, alors qu’aucun élément de l’enquête ne permettait de faire le lien avec les habitants.     

Cette semaine à nouveau, lorsque les réseaux et la presse ont fait état de deux faits divers regrettables, la droite brestoise s’en est immédiatement emparée pour faire son beurre politique, loin de toute retenue et de respect pour le travail des forces de police et de justice. Le procureur de la République de Brest est venu rétablir les faits à Brest et aussi la réalité des violences commises (ici).

Brest serait-elle devenue le Far West que l’opposition brestoise décrit ?

Sur ces mêmes dernières journées, deux autres faits divers violents et choquants ont eu lieux en Bretagne : le premier à une fête à Combrit, ou le Maire de Pont L’abbé s’est fait braquer la recette de la fête (ici) et aussi à  Dinan où des jeunes s’en sont pris à une personne, puis directement à des policiers (ici).

L’opposition de Pont l’abbé a-t-elle accusé le Maire d’être responsable des violences qu’il avait subit ? On en doute. Le Maire de Dinan a-t-il été attaqué sur le laisser-faire de … sa police municipale ? On en doute aussi. Ces deux Maires porteraient-ils la même responsabilité sur leur territoire que le socialisme laisser-faire brestois ? Deux villes bien à droite, celles-là …

La violence de la société n’est ni le fait de politiques locales de droite, ni celles de gauche. L’agitation des peurs et l’instrumentalisation du discours sécuritaires pour des visées électoralistes sont généralement le fait de discours d’extrême droite. Nombre de sites de ce type relaient les faits divers violents, quand ils ne les fabriquent pas de toutes pièces pour tenter de créer un climat d’insécurité, de peur et pour finir, de replis sur soi (voire identitaire) de la population.

Nous condamnons fermement cette instrumentalisation des peurs portée depuis la campagne des municipales par la nouvelle opposition brestoise qui s’affiche sans étiquette. Si l’opposition brestoise continue ainsi, son étiquette s’apparentera bien dans les faits à celle de l’extrême droite.

mercredi, mars 18 2015

Réponse aux propos démagogique de la droite brestoise

Réponse de François Cuillandre aux propos racoleurs et démagogiques de la droite brestoise, suite aux violences intervenues samedi contre des salariés de Bibus et des policiers.

Réponse FC sur violence bibus

A lire dans le Télégramme ici

dimanche, mars 15 2015

Communiqué de presse de François Cuillandre

Francois CuillandreLe mercredi 11 mars dernier, le Télégramme passait la présentation des candidats de la droite sur le canton Brest centre – Recouvrance. Au lieu d’une présentation des candidats comme ce fut le cas durant toute la campagne pour chacune des listes, Bernadette Malgorn s’est encore une fois livrée à une charge contre la métropole, contre les élus de la majorité et contre les brestois.

Ci-dessous le communiqué de presse que François Cuillandre à fait parvenir en réponse au Télégramme, vendredi dernier (non publié à ce jour).

___

Dans votre édition du 11 mars, vous avez publié un article reprenant les déclarations de Mme Malgorn et de M. Sifantus, concernant les élections départementales.

“Les socialistes n’auraient pas fait ce qu’il fallait” nous disent-ils. Pourtant le grand mérite de Pierre Maille et de sa majorité aura été d’intégrer Brest dans les politiques départementales, lorsque, sous la droite, notre agglomération était mise à l’écart. Manifestement, le duo de droite a l’intention de revenir en arrière, voulant renégocier le contrat de territoire à propos d’investissements actuellement en cours de réalisation. Veulent-ils faire payer aux brestois leur défaite aux municipales et, de plus, pénaliser le secteur du bâtiment et des travaux publics et donc l’emploi ?

Pour le reste, leur leçon de morale laisse interrogatif. Les élus socialistes, des professionnels de la politique ? 90 % des élus socialistes ont conservé un travail et tous n’ont pas la chance d’avoir un employeur parisien aussi compréhensif que Madame Malgorn, qui nous expliquera comment elle fait pour être magistrate financière* à Paris à plein temps, à Rennes au Conseil Régional, à Brest, conseillère municipale et communautaire et demain – c’est en tout cas son souhait- à Quimper au Conseil Départemental …

Les socialistes, des collaborateurs d’élus qui cherchent des postes ? Mais qu’a-t-elle fait pendant tant d’années dans le sillage de son mentor Philippe Seguin ?

Faites ce que je dis, pas ce que je fais, voilà le crédo du duo Malgorn-Sifantus. Brest mérite mieux.

François CUILLANDRE

Maire de Brest

___

PS : la référence à la « Cour des Comptes » a été remplacée dans le texte par « magistrate financière » à la demande de Madame Malgorn qui la trouvait inappropriée.

lundi, mars 3 2014

Petite enfance : la méconnaissance ou les mensonges de madame Malgorn ? (Par Karine Coz-Elleouet)

Lors de son discours du 13 février dernier au Mac Orlan, madame Malgorn évoque brièvement la politique de la petite enfance en ces termes :

« Si l’intérêt de l’enfant doit être au centre de toutes les réformes les concernant, il faut quand même que les parents puissent suivre ! Il y a encore beaucoup de progrès à faire à Brest en matière d’accueil de la petite enfance. Nous avons particulièrement noté le besoin de crèches à horaires atypiques et nous encouragerons la création de telles places. Nous assurerons la transparence des critères d’attribution qui ne doivent pas pénaliser les parents qui travaillent et nous veillerons à leur application. »

Faux, faux et faux !

Lire la suite...

mercredi, février 5 2014

A l’UDI, être élu à tout prix

girouetteLa presse nous apprend les imbroglios de l’UDI brestoise qui, au niveau départemental avec Michel Canevet soutient Mme Malgorn tandis qu’au niveau local, Catherine Huguen soutient M. Prunier. Cela se traduit par la présence de centristes sur les deux listes de droite.

Lire la suite...

mercredi, janvier 22 2014

Mme Malgorn n'est pas à une manipulation près

facepalmLe “commerçant” qui incrimine la municipalité dans la presse est aussi celui qui loue son local à la candidate. Drôle de coïncidence …

Lire la suite...

mardi, janvier 14 2014

Vous avez dit « déontologiquement inadmissible » ?

DéontologieA l’occasion des vœux aux corps constitués du Maire de Brest, Madame Malgorn donne ses consignes de boycott apprend-t-on dans la presse de samedi car cela serait « déontologiquement inadmissible ». Quelle conception partisane de notre République !

Lire la suite...

mercredi, octobre 30 2013

Le PLU : un enjeu trop important pour être instrumentalisé par Mme Malgorn

Lors de la réunion publique de Madame Malgorn du 24 octobre, Madame Rolland, ancienne présidente de l’association Avenir et Environnement Brest-Siam, s’est présentée comme étant à l’origine de la double annulation du PLU. Elle a aussi déclaré qu’il fallait « chasser les socialistes de la ville », comme s’il s’agissait d’une armée d’occupation. Les Brestois apprécieront.

Lire la suite...

mardi, octobre 29 2013

Réponse à Jacques Le Guen et Christian Ménard

Version_US_NnmaisalloquoiJacques Le Guen, adjoint au maire de Plounévez-Lochrist, et Christian Ménard, maire de Châteauneuf-du-Faou, ont donc décidé de donner des conseils de vote aux Brestois. Se pensant, sans doute, plus sages en la matière, ils les enjoignent à se choisir « un vrai maire ».

Lire la suite...

jeudi, octobre 17 2013

Brigitte Hû et Sophie Mével : droite divers ou extrême ?

Divers-extremeL’interview de Sophie Mével et Brigitte Hû paru dans le Télégramme et Ouest-France de lundi pourrait faire rire s’il n’inspirait pas de la tristesse pour Brest.

Lire la suite...

- page 1 de 3