Blog des socialistes brestois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Parole de militants

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, mai 20 2013

Protection des consommateurs : un engagement de François Hollande tenu en plus !

Par Franck Le Bolc’h, militant de la section Brest rive gauche

Franck Le Bolc'hL’engagement n°5 de François Hollande : « Je protégerai les consommateurs pour rétablir la confiance des Français dans l’économie ». va être traduit dans une loi. En effet, le ministre de l’économie Pierre Moscovici a déposé le 2 mai 2013, au nom du Gouvernement, un projet de loi relatif à la consommation (ici).

Ce projet comprend notamment une partie préparée par Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation, consacrée à la mise en place législative d’une action de groupe.

Quel est l’objectif principal d’une action de groupe ?

Vous passez un contrat avec un opérateur. Ce dernier introduit une clause abusive qui vous conduit à lui verser 50 € annuellement pour un service non rendu. Il est fort probable que vous abandonniez toute envie de plainte, au regard de la somme. Cependant, si 100.000 clients subissent le même préjudice que vous, l’opérateur perçoit alors 5.000.000€ indûment !

Selon les motifs du projet de loi, il s’agit donc, de regrouper dans une seule procédure les demandes de réparation émanant d’un grand nombre de consommateurs, qui se trouvent dans des situations de fait et de droit identiques ou très largement similaires, victimes des pratiques illicites ou abusives d’un même professionnel.

Lire la suite...

mardi, mai 14 2013

Les démocraties sont-elles encore gouvernables ?

Par Gaël Le Marchand, secrétaire de la section Brest rive gauche

On peut malheureusement se poser cette question, à l’heure du « bilan imposé » de la première année de mandat de François Hollande. Un bilan imposé par des média qui, chaque jour, doivent fournir du « contenu », peu importe lequel.

La neige, la pluie, le froid, le chaud (trop ou pas assez, rayez les mentions inutiles), Noël, Pâques, les vacances, un doyen par-ci, une naissance par là … Tous ces marronniers qui emplissent les journaux, la télé, les tablettes et autres écrans à longueur d’année. Alors, quand il y a une « vraie » information, on la donne bien sûr, mais on en « tire » le maximum, quitte à en rajouter une louche.

Il en va ainsi du fameux « bilan de l’an I ». Il aura été préparé au moins une semaine à l’avance, à coup de sondages sur la prochaine présidentielle (on ne sait jamais, un “coup de Pompidou” est si vite arrivé !) Le prochain 1er ministre, le futur remaniement, la satisfaction par les français au bout d’un an, j’en passe, et des meilleures …

Le jour dit, finalement, cela devient plutôt sobre. La droite s’insurge. Contre quoi au juste, c’est d’ailleurs un peu flou. Mais l’important reste de s’opposer n’est-ce pas ? Mélenchon s’énerve. Il ferait mieux de préparer son “plan B”, au feu traité constitutionnel Européen. Au fait Jean-Luc, il est où ton fameux plan B ? Besancenot hante les plateaux TV : « I’ll be back ». Et on interroge dans la rue un ou deux quidams, de province si possible, cela fait plus Peuple, qui dit « oui » ou « non » ou « trop » ou « pas assez »… Point de vue analyse de fond, c’est léger, très léger.

Lire la suite...

lundi, mai 13 2013

Martin Wolf, donne raison au PS et au Président

Par Franck Le Bolc’h, militant de la section Brest rive gauche

Franck Le Bolc'hMartin Wolf, éditorialiste au Financial Times, a écrit le 9 mai dernier un article : « Le modèle allemand n’est pas exportable ». Pour l’Allemagne, il y rappelle dans un premier temps que :

La politique monétaire, c’est-à-dire la quantité de monnaie en circulation, vise à la stabilité des prix à moyen terme. Par exemple, si les taux d’intérêt sont trop faibles, les particuliers peuvent être incités à acheter, ce qui conduit alors à une hausse des prix.

La politique budgétaire doit tendre vers un budget équilibré et une dette publique faible. C’est un choix politique. Personne, par exemple, ne trouve financièrement suicidaire qu’un particulier s’endette pour acheter une maison. Il devrait donc en être de même pour un État qui met de l’argent pour les écoles, les hôpitaux, la Recherche et Développement (R&D). Ce choix de s’endetter est cependant limité par la capacité à emprunter à un taux raisonnable. La Grèce avec une dette à 150 % du PIB, emprunte à 11% (à 10 ans), alors que le Japon avec une dette à 220 %, emprunte à 0,6 % (à 10 ans).

Pour certains, aujourd’hui, ce choix allemand semble devoir s’imposer à toute l’Union européenne. Écoutons, en France, les arguments de la droite :

« On ne peut pas dépenser plus que l’on ne gagne ». Comment comptait-elle alors faire, de la France, un pays de propriétaires ?

« On ne doit pas transmettre une dette à nos enfants ». Les jeunes générations vont bénéficier de l’éducation qu’elles reçoivent par exemple. Or, elles ne pourront contribuer à son financement qu’une fois leur formation achevée… Transmettre une dette, raisonnable, aux générations futures n’est pas irresponsable.

Lire la suite...