Blog des socialistes brestois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, septembre 15 2015

Dons de 850 € à l’UNHCR pour les réfugiés Syriens

L’appel aux dons lancé la semaine dernière pour soutenir les actions Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés nous a permis de collecter 850 € de dons en une semaine, auprès des militants du Parti socialiste brestois.

Tous les dons reçus seront transmis à l’UNHCR dans les plus brefs délais.

Grand merci à tous pour ce geste et cette solidarité envers ces populations en grande difficulté à cause des crimes commis dans leur pays.

dimanche, septembre 6 2015

Une rentrée sous le signe de l'accueil

Déclaration faite durant le barbecue de rentrée du PS Brestois.

________

La nouvelle année 2015 fut largement marquée par l’horreur des attentats contre Charlie Hebdo. Cette rentrée 2015 ne le sera pas moins avec l’afflux de réfugiés aux frontières de l’Europe et l’immense tristesse que provoquent ces images de morts sur les cotes européennes.

Depuis des mois, nous avons tous vu le nombre de demandeurs d’asile grimper et nous avons tous pu compter le nombre de mort sur nos côtes. A Brest plus qu’ailleurs, la mer est un symbole d’ouverture sur le monde, de lien, de commerce et de richesse. Aujourd’hui, à l’autre bout de l’Europe, elle est à l’image de la mort.

Cette rentrée témoigne de l’inhumanité qui sévit aux frontières de l’Europe et qui pousse des individus, des familles, à tout quitter pour rejoindre un espace où une vie sans peur est possible. L’Europe fut pensée pour ne plus répéter la barbarie du début du siècle dernier. Elle tient encore cette promesse-là, mais il ne faudrait pas qu’elle se transforme en une « gated community » de nations, prêtent à s’isoler du reste du monde pour préserver ses privilèges.

L’Europe doit tenir son rang et ses responsabilités dans le monde. C’est le rôle des pays qui se disent plus riches et plus développés que d’être au rendez-vous de l’histoire.

Nos dirigeants politiques européens semblent tétanisés face à ces grands mouvements de population qu’ils ne peuvent contrôler. Leur absence de réponse n’est pas tant due aux réfugiés eux-mêmes, qu’au mal politique qui ronge nos sociétés modernes et riches : la montée des peurs, des égoïsmes, du repli sur soi et de la xénophobie. Cet état de fait vient percuter un second enjeu de nos sociétés. La difficulté dans la lutte contre les inégalités. La compréhension d’une assistance à des personnes étrangères est rendue d’autant plus difficile quand, au sein même du pays, certains concitoyens souffrent aussi eux-mêmes de l’exclusion et de la pauvreté.

Aussi, la réponse doit être apportée sur deux axes qu’il nous faut mettre au clair, deux combats qu’il nous faut mener.

Le premier axe est celui de la lutte contre les idées d’extrême-droite et le replie sur soi. C’est une illusion de croire que dans ce monde du XXème siècle, la violence, l’injustice et la misère peuvent être contenues par des frontières. On ne vainc pas la violence en tournant la tête et en dressant des murs. Tôt ou tard, ils finissent par tomber et laisser place au chao. On combat la violence et l’injustice en travaillant sur plus de justice, de bienveillance et sur les équilibres politiques qui mènent à l’apaisement et la pacification.

Le second axe essentiel est celui de la lutte contre les inégalités au sein de nos pays riches. On le voit aujourd’hui, nos démocraties sont fragilisées par les fractures qui existent en leur sein. Pour aider les autres, il faut d’abord être au clair dans son propre pays, sinon le sentiment d’injustice rendra toute action impossible.

Ces deux combats sont ceux de la gauche. Une gauche ouverte sur le monde. Une gauche soucieuse de ses concitoyens. Une gauche bienveillante à l’égard de tous les peuples.

Il est dans l’air du temps de critiquer le politique, de fuir les partis et le débat politique, de regarder l’actualité politique comme un verre à moitié vide et de se concentrer sur ce qui ne va pas, ce que l’on n’a pas. Cette actualité récente nous montre ce qui ne se voit plus, le prix de vivre dans un pays en paix, dans un pays où règne des institutions et où le débat permet à toutes ces choses d’exister et de perdurer. L’action politique, c’est le socle de cette société qui est de nos jours soumise à tant de critique. L’action politique, ce n’est pas l’affaire de quelques uns, mais ce devrait être l’affaire de tous. Faire de la politique, c’est œuvrer à défendre ces valeurs, c’est combattre ce qui nous éloignent et nous divisent, c’est construire ensemble la société de demain.

Ces événements doivent aussi nous rappeler ce que nous avons ne sera jamais acquis, mais un héritage que l’on peut perdre rapidement. Chacun de nous doit être fier de faire de la politique.

________________

Le PS de Brest appelle tous ses militants et sympathisants à faire un don* de soutien au Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) qui s’occupe de protéger et de trouver des solutions durables pour les réfugiés, en accord avec la Convention de Genève de 1951.

*Vous pouvez nous envoyez vos chèques libellés au nom de l’UNHCR, nous ferons un envoie groupé en votre nom à tous.


[Image : ensemble de militants montrant l’affiche L’ACCUEIL POUR MOI C’EST OUI ]

mercredi, octobre 16 2013

Dix propositions pour le PS (11/09/2013). Gaël Brustier & David Djaïz. (Résumé de la note de la Fondation Jean Jaurès)

Fondation-Jean-Jaures.gifLa France connait une « droitisation » de l’électorat. Le vote ouvrier s’est progressivement désaligné de la Gauche et l’essentiel du débat public est capté par la Droite. Dans les années 1980, le reaganisme et le tatchérisme ont beaucoup mieux répondu à la globalisation financière que les partis de Gauche. Aujourd’hui, en France, la Droite s’est libérée du gaullisme et du compromis social de la Libération pour devenir une Droite décomplexée jouant avec l’identité nationale menacée ou encore la peur du déclin. Son credo : individualisme, sécurité des biens et des personnes, valorisation de l’identité nationale . Un bloc culturel, politique et électoral est d’ailleurs en train de naître. En effet, les manifestations contre le « mariage pour tous » ont vu défiler sous les mêmes bannières des catholiques, des militants centristes, des militants UMP, des militants frontistes.

Lire la suite...

jeudi, octobre 10 2013

Le PS brestois se dote d'un compte twitter

TwitterPour suivre notre actualité, en plus de notre page Facebook ouverte il y a quelques mois, nous venons de nous doter d’un compte Twitter : @PSBrest …

Avis aux amateurs !

lundi, juin 10 2013

LE NON-CUMUL DES MANDATS C'EST MAINTENANT !

le_non_cumul_des_mandats_en_conseil_19003_hd.jpgPOUR REDONNER DU SENS A L’ACTION POLITIQUE

POUR RENOUER LE DIALOGUE AVEC LES FRANÇAIS-ES

POUR DES PRATIQUES POLITIQUES COHÉRENTES

LE NON-CUMUL DES MANDATS C’EST MAINTENANT !

A l’heure où les citoyen-ne-s s’interrogent sur le rôle des femmes et hommes politiques, où une crise de confiance majeure s’exprime par un désintérêt croissant pour l’action publique, où le repli et l’individualisme sont exacerbés par un quotidien de plus en plus précaire, il est temps de redonner du sens à la fonction d’élu-e, cette fonction de représentant-e des citoyen-ne-s.

Nous, militant-e-s socialistes, sommes attaché-e-s à renouer les liens entre les français-es et leurs représentant-e-s de la république, élu-e-s démocratiquement.

Or, comment représenter correctement des citoyen-ne-s en cumulant plusieurs mandats ?

Comment concevoir de réaliser des actions politiques pertinentes au niveau municipal, départemental ou régional et dans le même temps au plan national, tout en restant cohérent avec les différentes missions et fonctions associées à chaque mandat ?

Car là se situe réellement la problématique du cumul des mandats : autoriser une pratique qui affaiblit l’élu-e dans ces différentes fonctions et missions, et qui mélange les pouvoirs. Ne sommes nous pas là sur un problème de conflit d’intérêt ?

Que se passe-t-il alors pour l’élu qui cumule une fonction parlementaire avec une fonction exécutive locale ? Ne risque-t-il pas d’être tiraillé entre des logiques de territoires et l’intérêt général pour la France qu’un parlementaire est sensé défendre ?

Lire la suite...

mardi, mai 14 2013

La dynamique commerciale brestoise : diagnostic et perspectives

Lundi soir, lors du Comité de ville de Brest, Frédérique Bonnard Le Floc’h, vice présidente en charge du commerce et de l’urbanisme commercial à BMO est venue nous faire un point sur le commerce à Brest. Loin de l’image négative que voudrait alimenter la droite brestoise, la dynamique commerciale est bien au rendez-vous sur Brest, avec ses hauts et ses bas, comme partout ailleurs.

Ci-dessous, quelques éléments de son intervention.

Frédérique Bonnard Le Floc'h« Parmi les dispositifs de gouvernance de l’urbanisme commercial que j’ai mis en place durant ce mandat, la Commission Intercommunale de l’Urbanisme Commercial (CIUC) revêt une importance toute particulière à mes yeux. En effet, elle amorce de manière concrète la coopération entre tous les acteurs du projet urbain autour de ce puissant facteur d’organisation de la ville qu’est le commerce.

Fin 2012, à la demande de la CIUC, la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie), la CMA (Chambre des Métiers et de l’Artisanat) et l’ADEUPA (Agence d’Urbanisme du Pays de Brest) ont travaillé conjointement à la production d’une synthèse du diagnostic commercial de l’agglomération. Ce dernier montre des évolutions entre 2006 et 2011 qui confirment l’efficacité de notre politique d’urbanisme commercial, tout en relativisant sa portée face aux évolutions du marché dans un contexte peu porteur.

Le nombre de points de vente a évolué positivement : sur 3 490 locaux commerciaux occupés au sein de BMO en 2011, 55 sont nouveau par rapport à 2006. Le secteur des services et de l’équipement de la personne a progressé, alors que l’alimentaire spécialisé est en constante régression. La vacance des locaux commerciaux est en recul, ce qui est à pondérer avec le constat de la disparition de petites cellules commerciales en cœur de quartier (Kérinou, Recouvrance…). On devine que ce sont précisément ces commerces de bouche traditionnels, impossibles à mettre aux normes sanitaires et commerciales, qui ont disparu.

Lire la suite...

vendredi, avril 19 2013

Refonder le militantisme ?

Par Gabriel Steffe, adhérent de la section Brest Rive-droite.

militant.jpgLa refondation est à la mode. On refonde l’école, la république, le modèle Français, le dialogue social, etc. Le militantisme n’échappera pas à ce phénomène. C’est une réflexion que j’ai depuis quelques mois, mais qui demande à être enrichie.

Pour diverses raisons, les partis ont de moins en moins d’adhérents et la moyenne d’âge tend à augmenter un peu plus chaque année. Une des conséquences est d’ailleurs que nous apprécions de plus en plus le concours des sympathisants. Pour autant, la diffusion de nos idées se fait encore en grande partie par un support papier que nos militants distribuent, sur les marchés, dans les boîtes à lettres, en porte-à-porte. Cela est encore possible, puisque nous disposons de militants en quantité suffisante. C’est en grande partie ce que j’appelle du militantisme “par les pieds”. La quantité de papier utilisé est énorme. Le temps consacré à sa distribution prend une large part du temps consacré par les militants. Il convient peut-être de repenser ce militantisme.

Pourquoi ?

Lire la suite...

samedi, avril 6 2013

Deux députés européens à Brest

City GroupJeudi dernier, nous recevions 1/6ème de la délégation socialiste française au parlement européen. Et oui, avec 13 membres, cela va vite ! Eric Andrieu et Isabelle Thomas étaient pour deux jours en visite en Bretagne et sont venus au City Group de Brest nous parler de leur expérience de parlementaire européen.

Que retenir de cet échange très instructif ?

Nous avions face à nous deux jeunes députés. Leurs premières impressions furent donc tournées vers l’institution elle-même, sa taille, sa complexité, son fonctionnement par rapport aux autres institutions que nous connaissons mieux. Mais aussi la difficulté à être parlementaire, loin de son territoire d’ancrage. Ce « parlement hors-sol » semble à la fois un handicap tant la machine est grosse et éloignée des territoires, qu’une opportunité par son fonctionnement qui laisse une vraie place à la négociation et à l’initiative des parlementaires, pour défendre les dossiers qu’ils traitent.

Melting-pot culturel, le parlement européen semble être une institution où les parlementaires jouent individuellement un rôle central. Du fait de leur faible nombre par Etat et couleur politique, les responsabilités incombent à un petit groupe. Ainsi, Eric Andrieu insistait sur la nécessité du combat politique avant d’aller au compromis. Pour faire passer des amendements de gauche dans un courant dominant libéral, soutenu et entretenu par toutes formes de lobbies, il faut savoir se battre et persévérer afin d’infléchir les orientations.

Lire la suite...

samedi, février 9 2013

Des Ateliers du changement très intéressants à Brest

Ces Ateliers du changement de Brest furent une très belle réussite.

Beaucoup d’expressions, de commentaires ou simplement de témoignages de citoyens venus pour l’occasion. Le doute du démarrage de certains aura rapidement laissé place au plaisir d’entendre des propos sincères et simples. Pas d’agressivité, mais du respect et de l’écoute de tout coté. Faire société, c’est probablement cela.

A nous maintenant de poursuivre cette aventure qui tranche avec les façons historiques de rencontrer les citoyens. A nous de construire les nouvelles façons de rendre accessible la politique, pour que celle-ci transforme la société.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de la première partie des échanges en vidéo ci-après et tout le détail sur le site du Parti Socialiste [ici].




dimanche, février 3 2013

Des ateliers du changement accessibles

L’Atelier du Changement de jeudi prochain sera accessible à toutes les personnes sourdes et malentendantes. Il y aura un interprète en langue des signes dans la première partie de la réunion, ainsi que dans un des ateliers de contributions de la seconde partie.

Quelques signes d’explication de Christophe Le Gall, secrétaire national adjoint de la Section Sourds et Malentendants Socialistes (SSMS).

_

_

Traduction :

« Bonjour tout le monde

La fédération du Finistère du Parti Socialiste et le 1er secrétaire du PS Harlem Désir ont un plaisir de vous inviter aux ateliers du changement, le jeudi 7 février à 18h30.

Qu’est ce que c’est ? Ce sera 1er atelier de 10 rencontres qui seront organisées dans toute la France, au cours de 1er semestre 2013.

Les points de vue seront échangés ( retraite, emploi..), des ateliers pour tout le monde (jeunes, personnes âgés, handicapés, aveugles, sourds).

Attention, il y aura des ateliers de contribution (plus petits groupes). Il faut qu’un groupe de sourds décide ensemble pour un atelier, avec la présence de l’interprète.

Je vous rappelle que les ateliers du changement sont accessibles à toutes les personnes Sourdes et malentendantes, car il y aura des interprètes.

Si possible, enviez-moi vos noms sur mon email (Chryst[a]netcourrier.com ) soit directement au PS 29 : atelierduchangement29[a]gmail.com pour réserver des places face à l’interprète.

Bon weekend end et bonne fête des crêpes !

A jeudi »

- page 1 de 2