Dieudonné à quitté son rôle d’humoriste depuis longtemps. Il est désormais ce qu’il se fait de pire en matière d’extrémiste : anti-sémite assumé et négationniste, ses provocations successives flirtent à la fois avec les grand thèmes de l’extrême droite et du sectarisme ethnique. Ses dérapages sont une attaque en règle contre la République et contre le vivre-ensemble essentiel à la société française. Dieudonné s’est déclaré dimanche dernier, en compagnie de militants d’extrême-droite bien connus, candidat anti-sioniste aux élections européennes. La question est donc posée : s’il ne vient pas faire son travail de comédien, alors il fait de la propagande, il mène campagne, il prépare les élections. Comme par le passé, les socialistes ne laisserons pas le champ libre à la haine et au rejet de l’autre. Les opinions du Front National ne sont pas plus acceptables lorsqu’elles sont reprises par d’autres, et la campagne des européennes ne doit pas devenir la tribune des extrémismes les plus nauséabons.