Support Party Mars 2013Un président offensif, un président attentif, un président soucieux de la justice et du respect des institutions dans notre pays, voilà l’image qu’a donné le Président François Hollande lors de son intervention télévisée de cette semaine. Pourtant, deux tiers des français n’y ont pas cru.

L’image de la politique, notamment au niveau national, a été très dégradée par les précédents Présidents. La parole a été disqualifiée par des discours sans lendemain. Il nous faut reconstruire la confiance, reconstruire un rapport sain avec les Français. Une relation qui ne soit pas seulement une illusion de changement, de rupture, mais des actes réfléchis et posés dans une vraie logique de transformation sociale et sociétale.

Les gesticulations, le mouvement perpétuel imposé par le rythme de Nicolas Sarkozy n’avaient d’autres finalités que d’occuper la fréquence, mais ce n’est pas une façon de faire réellement de la politique. On le sait, les décisions les plus rapidement prises sont aussi celles qui ont le moins de chance de se concrétiser dans la vie réelle. Il n’aura fait que redémontrer ce théorème connu depuis déjà bien longtemps.

François Hollande a donné un cap, une méthode et une personnalité nouvelle au Président qu’il souhaite incarner et il s’y tient. C’est une très bonne chose.

Plus qu’un rejet réel, l’opinion publique traduite dans les sondages d’opinions montre la lassitude, l’usure des français à une façon de gouverner qui ne les respecte pas. Rien d’anormale à cela, c’est même plutôt rassurant ! Pour ceux qui en douteraient, le fait que la droite ne profite pas de la baisse du Président dans les sondages en est la meilleure preuve. Ils ne sont plus vécus comme une alternative.

En dix mois, François Hollande aura posé le sens de son action et de sa politique. Mais pour convaincre les français après tant d’années de désillusions, il va falloir que sa politique s’exprime dans les faits, dans la vie des français et cela prendra du temps. La crise et les pilonnements incessants de la droite n’aideront probablement pas à cette lecture, mais ne sous-estimons pas la capacité des français à comprendre la situation et les perspectives du pays.

La France est un collectif de plus de 65 millions d’habitants. L’inertie est grande. La traduction de nouvelles politiques dans la vie quotidienne sera longue, surtout quand il s’agit de construire et non de supprimer des politiques publiques ou des moyens. Mais le cap est donné et c’est le bon.