La ville de Brest finance de manière significative 3 dispositifs de garde en horaires atypiques :

  • La crèche Poupig d’Armor, gérée par les Amitiés ouverte tôt le matin et tard le soir.
  • La crèche Graine de Soleil, gérée par Don Bosco, ouverte le samedi toute la journée.
  • Une convention passée avec Archipel pour de la garde à domicile d’enfant en relais des accueils ordinaires, à partir de 5h du matin et jusqu’à 23h le soir (les parents paient le même prix qu’une heure de crèche en horaire ordinaire et la ville met le complément financier sur des heures qui coutent en réalité plus de 24€ l’unité).

Force est de constater qu’aucun de ces dispositifs ne fait le plein et que l’offre est bien supérieure à la demande.

Quant aux critères d’attribution, ils n’ont jamais été aussi « carrés » : l’ensemble des demandes en accueil municipal (soit plus de la moitié des places) est pondéré selon des critères transparents.

En revanche, les associations gestionnaires gèrent elle-même leur attribution de places (principe de respect de la souveraineté associative), avec tout de même une demande incitative posée dans nos conventions de subventionnement : les familles retenues doivent être représentatives de la répartition observée des profils sociaux des familles brestoises en attente de place.

Depuis début 2013, nous avons créé une commission unique de validation d’attribution de places, commune à toutes les structures non lucratives de Brest. Tous les gestionnaires, ville, asso de parents, mutualité, peuvent y constater, en toute transparence, chaque mois, la façon dont nous gérons l’ensemble des demandes et des attributions.

Pour les places ville, nos critères sont :

  • Priorité aux familles dont les deux parents travaillent (nous n’avons pas attendu madame Malgorn pour y penser !)
  • Classement des demandes selon les coefficients familiaux CAF : c’est un fait que le collectif coute moins cher que l’accueil individuel pour les faibles revenus (héritage national du mode d’aide aux familles de la CAF).
  • Point de bonus aux familles monoparentales, aux lycéens parents, aux enfants handicapés, aux besoins d’accueil de plusieurs enfants simultanément.

Voilà, n’en déplaise à madame Malgorn, l’accueil atypique est satisfait sur Brest et la transparence des attributions est réelle. Depuis longtemps, nous travaillons et veillons à la bonne application des règles, pour un service de qualité d’accueil des enfants.

Karine Coz-Elleouet